LE PHARE  Index du Forum LE PHARE
Echanges d'informations afin d'améliorer ses connaissances
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 
Jawdat Saïd, théoricien de la non-violence islamique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PHARE Index du Forum -> THEMES DIVERS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abdelrahmane
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2007
Messages: 1 157
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Ven 12 Jan - 14:34 (2018)    Sujet du message: Jawdat Saïd, théoricien de la non-violence islamique Répondre en citant

Jawdat Saïd, théoricien de la non-violence islamique



Dans ce volet, la journaliste algérienne Aida Abida, auteur du livre « Non-violence en islam, le djihad du cœur », expose le contexte et les fondements théoriques de la conception de la non-violence chez le penseur syrien Jawdat Saïd. Le livre de Aida Abida est accessible sur son blog.

Jawdat Saïd a dû fuir, en 2015 à l’âge de plus de 80 ans son village bombardé en Syrie, où bon nombre des siens furent tués. Trop peu connu dans le monde tant musulman qu’occidental, il a fait des émules parmi des imams et des jeunes activistes de la société civile syrienne. Ecrivain, activiste non-violent, Jawdat Said est né en Syrie en1931 dans le village de Beer Ajam. Il a fait ses études en 1946 à l’université religieuse d’al-Azhar en Égypte. Jawdat Said a vécu un an en Arabie saoudite, juste au moment où s’est créé en 1958 la République arabe unie, l’union de l’Égypte nassérienne avec la Syrie. Il retourna en Syrie pour faire son service militaire. Au moment de la division de l’Union en 1961, Jawdat refusa d’obéir aux ordres des commandants militaires. Il s’est opposé à toute participation aux actions armées contre l’union et il sera emprisonné. Après de multiples arrestations et assignations, il sera interdit d’enseigner en Syrie à la fin des années 1960. Il retourne dans son village natal et se met à l’agriculture et à l’apiculture. Il deviendra paysan écrivain ! Il a écrit plus d’une vingtaine de livres.

Les Prophètes, référence de la non-violence

Selon Bashar Humeid il aurait écrit son livre comme une réponse directe aux écrits de Sayyid Qutb, le père de l’Islam politique. Jawdat Saïd s’attelle à démontrer par ses écrits la nécessité de la non-violence. En 1966, il publie son livre qui présente ce concept du point de vue islamique. Si les livres de Saïd ne vont avoir ni la promotion ni la diffusion des pamphlets de Qutb, ses écrits inspireront, dans le monde arabe, les activistes qui veulent participer à un changement social et politique pacifique.

Abel était dans le Juste. Il avait raison. Il a refusé le meurtre. C’est l’homme de l’avenir, celui qui refuse de porter atteinte à la vie d’autrui. La non-violence exprimée par Abel, le fils d’Adam constitue, aux yeux de Saïd, « une position à laquelle doit aspirer l’humanité entière qui doit y adhérer comme l’un des commandements divins. »

Jawdat Saïd expose une vision islamique exempte de toute violence. Il se place en tant que savant, « ‘alim », dans la tradition des réformateurs islamiques tels que Abd ar-Rahman al-Kawakibi et Mohammad Iqbal, le poète et philosophe mystique indien. Dans son livre datant de 1988, « Lis ! Le Seigneur ton Dieu est Bienveillant », Saïd fonde son concept de la non-violence sur la référence des histoires des différents messagers d’Allah dans le Coran qui n’ont pas usé de violence pour diffuser leurs idées. Il revisite le récit adamique en collant au plus près du texte coranique. Pour lui, l’usage de la violence est incompatible avec la foi coranique et en user est satanique.

Abel et Caïn

Pour démontrer la non-violence en islam, Jawdat Saïd fonde son argumentaire sur le conflit entre les deux fils d’Adam, Abel et Caïn. Pour rappel voici ce que dit le Coran de cette lutte fratricide : « Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices ; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit : « Je te tuerai sûrement ». « Allah n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux ». Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n’étendrai pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Allah, le Seigneur de l’Univers. Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché : alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes. Son âme l’incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants ». Les deux frères offrirent des sacrifices. Celui d’Abel, « Abil » en arabe, fut accepté et celui de Caïn, « Kabil », fut refusé. La tradition islamique explique les raisons de cette préférence dans l’agrément de l’offrande. Kabil était quelque peu avare et égoïste : il avait choisi une brassée de céréales de mauvaise qualité dont il avait mangé le seul bel épi. Alors qu’Abil avait choisi un agneau bien gras de son troupeau pour l’offrande divine. Dieu agréa l’offrande d’Abil. Kabil, jaloux et vindicatif, va tuer son frère après l’avoir menacé. Il a été inspiré par Iblis (le Diable). L’islam enseigne que celui qui initie un mal portera le fardeau de tous les maux commis après lui. Caïn, premier meurtrier de l’histoire, porte le fardeau de tous les crimes venus après lui. Fort heureusement les fils d’Abel, même minoritaires sont toujours présents.

Vers l’abolition de la guerre

Jawdat Saïd considère Abil comme le modèle de la non-violence. Il est celui qui en vertu du principe de non-violence a refusé de tuer. Même s’il a été tué, Abel-Abil est le vainqueur estime Jawdat Said. Dans la Sourate 5, versets (27/31), le Coran explique qu’Abel, qui craignait Dieu avait refusé de se défendre contre son frère Caïn. Abel était dans le Juste. Il avait raison. Il a refusé le meurtre. C’est l’homme de l’avenir, celui qui refuse de porter atteinte à la vie d’autrui. La non-violence exprimée par Abel, le fils d’Adam constitue, aux yeux de Saïd, « une position à laquelle doit aspirer l’humanité entière qui doit y adhérer comme l’un des commandements divins. » Profondément confiant en l’humain, il écrit : « De même que l’esclavage, qui était une conséquence de la guerre, a été aboli, la guerre elle-même sera abolie. »

http://jawdatsaid.net/images/f/fd/La_religion_et_la_loi.doc

http://annahna.over-blog.com/





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Jan - 14:34 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE PHARE Index du Forum -> THEMES DIVERS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.